Ouvert du mardi au samedi de 09h00 à 17h30.
 
Contactez-nous au 0970 805 205
Consulter notre documentation brochure-nosdetectives2                           Espace avocatEspace-client.png       Espace clientEspace-client.png      

La formation pour devenir détective privé

Jusqu’en 2003, tout le monde pouvait décider d’ouvrir son cabinet de détective privé.
Mais depuis la loi n° 2003-239 du 18 mars 2003 pour la sécurité intérieure, il est nécessaire d’avoir un diplôme pour être détective privé. Il existe actuellement trois diplômes qui permettent d’exercer cette profession :

  • La licence professionnelle « Agent de Recherches Privées » à l’Université de Nîmes : cette formation est dispensée sur une année scolaire. Elle comprend 14 semaines de stage obligatoires. On y retrouve des cours de droit mais aussi des cours donnés par des professionnels, qui permettent d’appréhender les bases de la profession. La licence est accessible à BAC + 2, principalement suite à un cursus en droit, mais pas nécessairement.
  • La licence professionnelle « Sécurité des biens et des personnes spécialité enquêtes privées » à l’Université Paris-Assas II à Melun : cette formation se déroule sur une année scolaire et comprend 400 heures de stage. Cette licence est accessible à tous les agents, enquêteurs d'entreprises chargés de la sécurité et salariés des agences privées de recherche. Elle permet aussi de former les responsables des services d'enquêtes internes aux entreprises (assurances, mutuelles, banques, contentieux...). Elle est accessible à BAC + 2.
  • Le diplôme de l’Institut de Formation des Agents de Recherches Privées (IFAR) à Montpellier : l’IFAR est une école privée, ce qui implique que la formation est payante.  Cette formation est accessible à BAC + 2. Cependant, il est également possible d’intégrer l’IFAR après l’obtention du BAC afin d’effectuer une remise à niveau avant d’intégrer la formation diplomante qui dure un an. Ce diplôme donne la possibilité de travailler en tant qu’enquêteur salarié ou directeur d’agence. L’IFAR propose également un Certificat de Qualification Professionnelle, dont la durée de formation est de 6 mois, et qui permet d’être enquêteur salarié mais pas directeur d’agence.

La loi a également prévu des aménagements pour certaines catégories de personnes.

Il s’agit tout d’abord des anciens officiers de police et de gendarmerie. Il faut faire la distinction entre les Officiers de Police Judiciaire et les Agents de Police Judiciaire : 

  • Les Officiers de Police Judiciaire : Ils doivent attendre cinq ans après la cessation de leur fonction d’officier avant de pouvoir exercer la profession d’agent de recherches privées, sauf s’ils ont bénéficié d’une autorisation de leur ministère de tutelle. Ils doivent en revanche satisfaire aux mêmes obligations de déclarations aux organismes sociaux que tout autre directeur d’agence
  • Les Agents de Police Judiciaire : les conditions d’exercice de la profession sont les mêmes que pour les Officiers de Police Judiciaires, seulement ils ne peuvent pas être directeur d’agence, uniquement enquêteur salarié.

Les personnes justifiant d’une expérience de travail, salariée, non salariée ou même bénévole, d’au moins trois années dans une profession connexe ou annexe à la sécurité privée peuvent demander une Validation des Acquis de l’Expérience auprès de l’IFAR. Ce n’est pas un examen, seulement un contrôle qui valide le parcours et l’expérience professionnelle acquis. La VAE n'est pas obligatoire pour les personnes ayant plus de trois ans d'exercice continu au jour de la parution du décret de loi imposant un diplôme pour exercer la profession d’agent de recherches privées.

Il existe des cours par correspondance qui, s’ils permettent d’apprendre les bases de la profession, n’autorisent pas à l’exercer. Ils ne seront pas reconnus par les membres de la profession et ne permettront pas d’obtenir les autorisations nécessaires pour exercer. C’est pourquoi il faut se méfier et ne choisir que des formations inscrites au Répertoire National des Certification Professionnelles.

 

 LES SYNDICATS DE LA PROFESSION DE Détective privé

En France, il n’existe aucun ordre professionnel qui regroupe les détectives, ce qui implique qu’ils n’ont pas d’obligation d’adhérer à un syndicat ou à une association professionnelle. Cependant, les professionnels ont bien entendu besoin de conseils, de documents, de services et prestations diverses. C’est pourquoi il peut être utile de rejoindre un syndicat. Mais le détective peut également décider de rester indépendant tout en bénéficiant de ces services et prestations en rejoignant l’Union Fédérale des Enquêteurs de Droit Privé (UFEDP).

Dans la profession d’agent de recherches privées, il y a trois syndicats connus :

  • Le Conseil National Supérieur Professionnel des Agents de Recherches Privées (CNSP - ARP) : le CNSP –ARP voit le jour en 1970 sous la dénomination Ordre des Détectives et des Membres de la Police Privée,  puis est renommée Convention Nationale des Détectives Français (CNDF) en 1973. La CNDF devient Convention Fédérale des Détectives Indépendants Français en 1975, avant d’adopter sa dénomination actuelle en 1981. Le CNSP –ARP regroupe aujourd’hui près de 80 agences de détectives en France, ainsi que dans les DOM-TOM et dans l’Europe.
  • Le Syndicat National des Agents de Recherches Privées – France Détectives (SNARP – France Détectives) : c’est le syndicat le plus ancien de la profession. Il a été créé en 1961 sous le nom de Chambre syndicale nationale professionnelle de la police privée, puis Chambre Syndicale Nationale des Détectives Privés (CSNDP). Sa dénomination devient par la suite Conseil national des agents de recherches (CNAR) en 1977. Enfin, il adopte son nom actuel en 1997 lors de la fusion avec France Détectives. Aujourd’hui, le SNARP –France Détectives compte plus de 175 agences réunies dans le réseau France Détectives
  • Le Syndicat Professionnel Les Détectives Européens : s’il n’est pas aussi important que les deux précédents, il regroupe tout de même une vingtaine de membres répartis sur la France entière. Il a été créé en 1986.

Toutefois, même si un détective a décidé de ne pas adhérer à un syndicat ou à une organisation professionnelle, cela ne sous-entend pas qu’il n’est pas compétent. En effet, depuis une loi du 14 mars 2011, les agents de recherches privées sont soumis à l’autorité du Conseil National des Activités Privées de Sécurité, organisme chargé du contrôle et de l’agrément des professionnels de la sécurité. En outre, les détectives sont également soumis à un code de déontologie depuis juillet 2012.

Nos tarifs
Paiement
Espace PRO