Ouvert du mardi au samedi de 09h00 à 17h30.
 
Contactez-nous au 0970 805 205
Consulter notre documentation brochure-nosdetectives2                           Espace avocatEspace-client.png       Espace clientEspace-client.png      

La surveillance des enfants mineurs contre la violence et l'abus de faiblesse

L’abus de faiblesse est un délit pénal. Il consiste à profiter de la vulnérabilité d’une personne pour lui faire prendre des engagements à son désavantage. Les abus de faiblesse concernent généralement les personnes qui sont seules et n’ont plus de lien avec leur famille ou leurs proches. Nos détectives privés vous aideront à apporter la preuve que la personne que vous aimez est vicctime d'abus de faiblesse, et ce en toute discrètion. La violence chez les jeunes est devenue un véritable fléau. Les médias parlent fréquemment de personnes qui se font tuer ou agresser, parfois juste pour un regard. Cette recrudescence est due à la banalisation des meutres et des agressions, notamment dans les séries télévisées et les films. Lorsque les violences faites à une personne se répètent, il s'agit de racket. C'est généralement le fait de plusieurs personnes, qui menacent une personne qu'ils jugent faible, pour lui extorquer de l'argent et des objets. La personne rackettée tombe alors dans un cercle vicieux puisqu'elle ne peut se libérer de ses agresseurs sans les dénoncer, mais ne veut pas les dénoncer par peur de représailles.

Nos détectives privés peuvent vous aider à retrouver l’auteur de ces violences ou de ces rackets, afin qu’ils puissent être présentés à la justice et que leurs actes cessent.

 

Drogue, alcool, sexe entre mineurs

L’adolescence est une période d’expérimentation et de découvertes. Il est donc normal que les jeunes adoptent de nouvelles habitudes. Notre société tend même à la banalisation de la prise d’alcool et de drogue. Cependant, ces substances sont dangereuses et peuvent entrainer des comportements addictifs. En outre, celles-ci entrainent la désinhibition des jeunes, qui les conduit à avoir des rapports sexuels, parfois non protégés et non consentis. Il se peut également qu'ils tournent des vidéos, sans se rendre compte des conséquences, notamment la diffusion sur Internet.

Il faut tout d’abord comprendre que la consommation habituelle de drogue et/ou d’alcool relève d’une maladie. Ce peut être un appel à l’aide de la part de votre enfant. Il ne faut donc pas le culpabiliser mais essayer de comprendre ce qui le pousse à de tels comportements. Ce problème n'est pas à négliger et appelle parfois une prise en charge efficace.

 

Comment protéger ses enfants mineurs?

Dans tous les cas, savoir c'est pouvoir agir.

 C’est pourquoi il convient tout d’abord d’identifier les substances utilisées par votre enfant, ainsi que leur fréquence d’utilisation, par quels moyens il se les procure, dans quelles conditions il les utilise et quels sont les buts recherchés à travers cette consommation.

Si vous pensez qu'il pourrait être enclin à consommer de la drogue ou de l’alcool, notre cabinet de détectives privés peut mettre en place une prévention, afin de lui montrer les dangers que recèle la prise de drogues et d’alcool. Si, au contraire, celui-ci est déjà un consommateur habituel de ces substances, nous pouvons éloigner ses revendeurs s’il s’agit d’une affaire de drogue, ou l’amener à stopper sa consommation d’alcool.

 

Contrôle parental, surveiller les accès

Certains parents ne savent pas qu'il est possible d'empêcher les enfants d'avoir accès à des images violentes ou pornographiques, que ce soit sur Internet, à la télévision ou dans les jeux vidéos.

Le contrôle ou filtre ou filtrage parental est un type de système qui permet aux parents de restreindre automatiquement l’accès de leurs enfants à un média (Internet, télévision, console de jeu) en le limitant à certaines catégories de contenus, afin de les protéger, en particulier contre les risques de pédophilie et les contenus considérés comme choquants pour leur âge (pornographie, violence). Sur Internet, le contrôle parental peut être assuré par un logiciel ; mais il est plus efficace de contrôler soi-même les créneaux horaires progressifs, selon l'âge du jeune, l'implantation de l'ordinateur et de dialoguer avec le jeune sur ses droits et devoirs, quant à l'utilisation de cet outil. Sur les ordinateurs récents, le contrôle parental est intégré avec le système d'exploitation, il suffit de le configurer selon ses choix. Le contrôle parental n'est pas toujours intégré dans les télévisions mais l'est dans les décodeurs. Il est alors possible de restreindre l'accès de l'enfant à certains films ou émissions, et parfois à partir d'une certaine heure. Sur les consoles vidéos, il est possible de restreindre l'accès à certains téléchargements. Il est également possible de configurer un contrôle parental sur les téléphones mobiles. Afin de configurer le contrôle parental, il faut établir un mot de passe.

Notre action consiste à faire comprendre aux parents qu'ils peuvent restreindre l'accès de leurs enfants à certains sites Internet, à certains jeux vidéos ou à certaines chaînes de télévision.

Surveillance des mineurs, des budgets pour tous

Dans certaines situations, des surveillances sont nécessaires afin de constater des faits impliquant des enfants mineurs. En effet, les infractions prévues par le code civil et commises par les enfants mineurs sont de la responsabilité des parents qui doivent réparation, en vertu de l’alinéa 4 de l’article 1384 du Code civil qui prévoit :

« Le père et la mère, en tant qu'ils exercent l'autorité parentale, sont solidairement responsables du dommage causé par leurs enfants mineurs habitant avec eux. »

Concernant les infractions prévues par le code pénal, les mineurs sont soumis à un statut juridique particulier. Les sanctions sont différentes et amoindries par rapport à celles des adultes. Un mineur est jugé irresponsable et ne peut faire l'objet de sanctions pénales avant ses 13 ans. De 10 à 13 ans, un mineur délinquant ne peut faire l'objet que de mesures de protection, d'assistance, de surveillance et d'éducation. Les peines dépendront alors de l’âge du mineur et de la gravité de l’infraction. Si le mineur commet un crime ou un délit, il peut être jugé avec la même sévérité que s’il était majeur et l’application de l’excuse de minorité est levée. Si le mineur est soupçonné de commettre des actes illégaux, il peut être intéressant de le faire suivre afin de découvrir s’il se livre à des activités répréhensibles par la loi ou s’il en est, au contraire, victime. Pour cela, il est possible de mettre en place des surveillances et des filatures afin de savoir où le mineur se rend et qui il fréquente. Cette même intervention peut se faire sur ses amis ou les personnes qu’il rencontre fréquemment, afin de savoir s’ils se livrent à des activités répréhensibles et si l'enfant en est complice.

Nos tarifs
Paiement
Espace PRO